New spaces land at the Paris airport

New spaces land at the Paris airport

Pour ses 20 ans, le «hub» d’Air France peaufine ses services au sol

18 février 2017 | Hélène ClémentCollaboratrice à Paris | Voyage
L’aire de repos à l’aéroport Roissy–Charles-de-Gaulle
Photo: Hélène ClémentL’aire de repos à l’aéroport Roissy–Charles-de-Gaulle

Les aéroports du monde se veulent de plus en plus le reflet du meilleur de leur destination. Le plaisir est devenu un élément essentiel de l’expérience aéroportuaire. Entre musées, restaurants étoilés, boutiques de luxe, spas, espaces de repos et de travail, les hubs se transforment en lieux de vie charmants et confortables. Une mue qui est loin d’être achevée. Coup d’oeil sur le hub d’Air France à Roissy–Charles-de-Gaulle, qui célèbre ses 20 ans.

C’est en 1996, année où Air France met en place sa plateforme de correspondance à Roissy–Charles-de-Gaulle (CDG), que l’aéroport entreprend une transformation importante.

Résultat : un meilleur service à la clientèle, une efficacité augmentée à l’enregistrement, au contrôle des frontières et à la sécurité, des espaces boutiques, des coins bureaux, des aires de repos zen, des baies vitrées avec vue sur les pistes, des puits de lumière, du mobilier qui invite au roupillon, wifi, télé…

Dans le hall M — le dernier en date, inauguré en 2012, du terminal 2 (dédié aux activités internationales moyens et longs-courriers), nous déambulons sur l’avenue Montaigne bordée de mille et une boutiques chics incarnant tout ce que Paris évoque dans l’inconscient collectif.

À l’une des extrémités de cette allée, un étonnant petit musée — l’unique musée aéroportuaire au monde à accueillir des originaux — présente jusqu’au 15 juin 2017 une vingtaine d’oeuvres (peintures et céramiques) signées Pablo Picasso. L’exposition est accessible gratuitement pour tous les passagers transitant par ce hall et disposant d’une carte d’embarquement.

Des plantes, des arbres, des boutiques de luxe, des bancs, des restaurants de style bistrot ou brasserie, des comptoirs de macarons, du vin… la touche locale est assurément à la mode.

Photo: Hélène ClémentLe nouveau salon Instant Paris est accessible à tous les clients en correspondance pour plus de trois heures.

« Le temps que passent les gens en attente d’un vol étant parfois plus long que celui dans l’avion, il est important d’offrir de bons services au sol », explique Augustin de Romanet, p.-d.g. du Groupe ADP. « Le monde rivalise d’aéroports tous plus beaux les uns que les autres. Le voyageur a le choix entre une dizaine de hubs, nous faisons tout pour qu’il choisisse le nôtre. »

Instant Paris

Depuis novembre dernier, les voyageurs en escale pour plus de trois heures à CDG ont accès gratuitement à un nouvel espace bon chic bon genre baptisé Instant Paris. Le décor à la fois classique et très moderne évoque le charme discret de la bourgeoisie parisienne. Comme si l’on était dans un appartement raffiné de style haussmannien.

Un vaste couloir lumineux bordé de fauteuils et de coins intimes mène vers une dizaine d’alcôves qui, chacune à leur façon, rappellent le mode de vie à la française. Une bibliothèque propose plus de 300 ouvrages en différentes langues.

Instant Paris met aussi à la disposition des voyageurs un restaurant Naked, qui propose une alimentation bio et éthique, une sélection de la presse française et internationale, des tablettes en libre-service, des espaces ludiques pour les enfants, comme les 12 000 Kapla (jeu de construction en bois) disponibles, un mur d’écrans géants pour suivre en direct les grands événements qui rythment la vie parisienne ou visionner des courts métrages sur le Paris d’hier et d’aujourd’hui, pour voyager aussi, via un concept de fenêtre virtuelle en 3D, à Paris avec la tour Eiffel en temps réel. Et, bien sûr, la connexion wifi.

Le temps que passent les gens en attente d’un vol étant parfois plus long que celui dans l’avion, il est important d’offrir de bons services

Augustin de Romanet, p.-d.g. du Groupe ADP, leader mondial de la conception et de l’exploitation d’aéroports

Pour les voyageurs en correspondance qui souhaitent recharger leur batterie en quatre heures ou plus : le Yotel de 80 chambres high-tech — dont huit cabines familles avec lit double et lit à deux étages, doté d’un Club Lounge offrant de pratiques espaces de travail, des points de recharge USB, la connexion wifi, une salle de télévision, de grandes tables avec une multitude de jeux de société…

Et après

« D’autres grands enjeux nous attendent, explique Augustin de Romanet. Comme le projet d’une liaison ferroviaire directe entre CDG et la gare de l’Est à Paris, qui demeure au programme, ainsi que la construction d’un nouveau terminal d’une trentaine de millions de passagers supplémentaires. Des projets qui pourraient voir le jour dans les années 2020. »

Un important centre de tri de bagages est actuellement en construction pour une livraison prévue en 2018 : 500 millions d’euros (693 millions $CAN) seraient ainsi investis pour améliorer les délais de récupération des bagages.

source : https://tinyurl.com/zrcmx62

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedintumblr

Poster un Commentaire

avatar

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

  Subscribe  
Notify of